Assistance en santé

Les problèmes de santé chez les migrants restent généralement très semblables à ceux rencontrés chez le reste de la population. Cependant, le couple migration et santé prend son sens lorsque les contextes environnementaux et les conditions de vie sont favorables à une prévalence plus importante des risques d’épidémie comme chez les groupes de personnes en mouvement.

Au Nord-Mali, les populations déplacées sont d’autant plus vulnérables du fait de la difficulté d’accès aux centres de santé et du nombre important de femmes et d’enfants qu’elles recensent dans leur effectif. Cette diversité en âge et en genre nécessite une assistance spécifique en vue de faire face aux risques tels que le décès en couche, la mortalité néonatale, la malnutrition infantile entre autres. 

L’opérationnalisation, par l’OIM, d’une clinique mobile offre comme avantage principal de fournir une assistance aux populations vulnérables les plus éloignées des centres de santé, mais aussi aux populations nomades et transhumantes vulnérables présentes dans la région de Tombouctou.  

En 2016, le projet financé par le Fonds central des Nations Unies pour les interventions d’urgence  (CERF) a permis à 8 158 personnes vivant dans les localités de Hamzakoma, Gossi et Rharous de bénéficier d’une assistance en santé.

Faits et chiffres

  • Opérationnalisation d'une clinique mobile à Tombouctou 
  • 8 158 personnes assistées en 2016
  • 5 489 consultations curatives (90 référencements)
  • 399 consultations prénatales (CPN), post-natales (CPON) et accouchements
  • 739 vaccinations d'enfants (0-59 mois)
  • 1 531 dépistages de malnutrition