Migration, environnement et changement climatique

L’OIM au Mali applique sa stratégie globale de gestion des migrations en interrelation avec le changement climatique et l’environnement. En coordination avec le Ministère de l’Environnement et de l’Assainissement, et l’Agence de l’Environnement et du Développement Durable (AEDD) l’OIM contribue à réduire la vulnérabilité des populations exposées à des risques environnementaux, et renforce les capacités des pouvoirs publics maliens et d’autres acteurs au Mali dans l’objectif de relever le défi de la migration environnementale.

« Appuyer les Institutions nationales et locales du Mali à prévenir la migration environnementale dans leurs stratégies de réduction de la vulnérabilité aux changements climatiques »

Dans le cadre de ce projet financé par le Fonds de l’OIM pour le Développement (IDF), l’OIM et l’AEDD ont organisé deux ateliers à Sikasso (24-25 août 2016) et Bamako (20-21 septembre 2016) portant sur l’appropriation des outils et techniques d’adaptation aux effets néfastes des changements climatiques en lien avec la migration avec pour objectifs principaux de :

  1. Renforcer les capacités de l’ensemble des participants sur les techniques et outils appropriés d’adaptation aux effets néfastes des changements climatiques en lien avec la migration ;

  2. Faciliter/contribuer à l’intégration de la migration liée aux changements climatiques dans les projets et programmes ;

  3. Présenter le rôle de l’OIM en matière de gestion de la migration climatique ;

  4. Présenter succinctement les résultats de l’étude sur la thématique changements climatiques et migration.

Faits et Chiffres

  • Les enquêtes menées sur le terrain dans le cadre de ce projet ont permis d’obtenir des données clés sur l’état de la migration environnementale et climatique dans le pays.

  • Les populations interrogées affirment que leur quotidien est affecté par des événements liés à la hausse des températures (sécheresse et période de canicule), ainsi que par des problèmes liés à l’eau (variations des pluies, inondations et pollution des eaux).

  • 93 % des ménages interrogés au cours de l’enquête citent au moins un phénomène environnemental ou climatique qu’ils considèrent comme un facteur de migration dans le pays (seuls 7 % n’y apportent pas de réponse).

  • Chacun des 935 ménages interrogés a cité au moins un facteur climatique pouvant influencer les migrations d’autres régions vers leur localité. Il s’agit principalement de la sécheresse (435), et à part presqu’égale les inondations (357) et la désertification (354).

  • Les 935 ménages interrogés ont identifié la sécheresse (405) comme principal facteur des départs de leur localité vers d’autres régions, suivie de la variation des pluies (296), de la pollution des eaux (292) et enfin des vagues de chaleur inattendues (283).

  • Mali : migrations environnementales et climatiques – Bientôt disponible

Pour plus d’informations sur le rôle de l’OIM sur la thématique migration, environnement et changement climatique : http://www.environmentalmigration.iom.int/fr