Community Mobilization on Ebola Virus Disease

13 October 2015

L’organisation Internationale pour les Migrations du Mali  dans le cadre de l’appui au Gouvernement malien dans sa lutte contre la maladie à  virus Ebola avait  financé deux ONG nationales (Le Stop-Sahel et Soutoura) en plus des agents FMP de l’OIM sur le terrain au niveau des cordons sanitaires des zones frontalières entre la Guinée et le Mali.

L’objectif générale était de mobiliser, d’informer, sensibiliser et d’éduquer les populations qui se trouvent au niveau des frontières entre le Mali et la Guinée.

L’ONG Stop sahel était en charge de la sensibilisation et de la mobilisation de la région de Kayes dans le cercle de Kita et Kéniéba. Tandis que l’ONG Soutoura était lui en charge des régions de Sikasso (cercle de Yanfolila) et Koulikoro (cercle de Kangaba).

Cette grande action de mobilisation, d’information, sensibilisation, et d’éducation allait à l’endroit des populations habitant dans les villages frontaliers les plus affectés par la maladie à virus Ebola du Mali. Les personnes ciblés étaient les voyageurs et les migrants, les leaders communautaires, les tradi-praticiens, les orpailleurs des localités, les responsables d’associations, les jeunes ainsi que les personnes chargées des rituels mortiers.

Les activités de mobilisation des deux ONG consistaient à :

Pour L’ONG Stop-Sahel

  • Informer et sensibiliser au moins 90% de la population des cinq communes (soit environ 40033 personnes) sur la maladie, ses manifestations, son mode de transmission, les mesures d’hygiènes  pour se protéger de la MVE et c’est à travers les IEC (Information Education et Communication)
  • Renforcer la vigilance au niveau des populations de 203 villages et hameaux dans les 5 communes frontalières  à travers la formation de  1000 membres des comités de veilles, 600 leaders religieux et guérisseurs traditionnels et la mise à disposition de 300 kits complets de lavage des mains.

Et pour SOUTOURA :

Leur stratégie était aussi de répartir les villages entre les 150 animateurs communautaires,  chacun devait réaliser 10 causeries par mois dans les villages et dans les zones d’orpaillage autour de chaque cordon sanitaire. Les séances communautaires de causeries portaient  sur les différents thèmes : les symptômes d’alerte de la maladie à virus EBOLA, ses modes de transmission et de prévention, les rôles de chaque membre de la communauté dans la prévention (le chef de famille, les chasseurs traditionnels, les guérisseurs traditionnels, l’Imam, l’enseignant, le Damantigui, le Tomboloma, les associations de jeunes et de femmes, etc…) ; le bon comportement à adopter quotidiennement face à un cas suspect. Les agents de SOUTOURA ayant opéré dans les localités concernées ont assuré le suivi régulier des activités.