Un projet de l’OIM va permettre d’améliorer la gestion intégrée des frontières au Mali, au Niger et au Burkina Faso

Press Release —Local Abril 12, 2022

Un projet de l’OIM va permettre d’améliorer la gestion intégrée des frontières au Mali, au Niger et au Burkina Faso

Un Projet de l’OIM Va Permettre d’Améliorer la Gestion Intégrée des Frontières au Mali, au Niger et au Burkina Faso

Sikasso, Mali – L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) au Mali a procédé, le lundi 4 avril 2022 à Sikasso, au lancement officiel d’un projet régional qui vise à contribuer à renforcer la résilience des communautés face aux trafics illicites dans les zones frontalières du Mali, du Burkina Faso et du Niger à travers une approche de gestion intégrée des frontières.

Le projet intitulé « Améliorer la gestion des frontières et la résilience des communautés face à la criminalité organisée transfrontalière au Niger, au Mali et au Burkina Faso, avec un accent sur la route de la Méditerranée centrale » est financé à hauteur de 3 millions d’Euros (environ deux milliards de francs CFA) par le Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République d’Italie. D’une durée de 24 mois, il est mis en œuvre conjointement par les équipes en charge de la gestion de l’immigration et des frontières (IBM) de l’OIM au Niger, au Mali et au Burkina Faso, en partenariat avec les gouvernements de ces trois pays.

Au Mali, les grands axes d’intervention du projet, ses objectifs et les résultats attendus ont été présentés aux parties prenantes et ont fait l’objet de discussions, au cours d’un atelier qui s’est tenu à Sikasso du 4 au 5 avril 2022.

« Ce projet permettra d’identifier et de proposer des solutions efficaces et modernes pour une gestion optimale et intégrée des frontières entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso », a souligné Pascal REYNTJENS, Chef de mission de l’OIM au Mali. Des actions seront menées dans les régions de Sikasso, Koutiala, Bougouni et San en vue de renforcer la communication et les interactions entre les communautés frontalières et les forces de défense et de sécurité, améliorer les capacités des acteurs publics pour une approche intégrée de la gestion des frontières et favoriser le partage d’informations et des pratiques exemplaires à travers des plateformes régionales transfrontalières, a-t-il expliqué.

Selon Daniel DEMBELE, Gouverneur de la Région de Sikasso, « le projet est en parfaite harmonie avec les mandats institutionnels de prévention, de protection et d’assistance humanitaire du gouvernement du Mali aux populations vulnérables, notamment à la frontière ».

Au terme de l’atelier de Sikasso, le commissaire divisionnaire Samba SIDIBE, Chef de division contrôle aux frontières à la Direction de la police des frontières du Mali a souligné la pertinence de l’approche de gestion intégrée des frontières que privilégie le projet. « Faire participer les populations à la gestion des frontières et à leur propre sécurisation est une très bonne approche qui permettra de mettre tous les acteurs au même niveau d’information », a-t-il souligné.

Pour plus d’informations, veuillez contacter : Bob Camille QUENUM, Chargé de l’information publique, Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) au Mali, E-mail : bquenum@iom.int; Mobile : +223 90 50 00 06