Press Release —Local juillet 02, 2021

Lancement à Gao de deux projets de gestion des frontières et de coopération transfrontalière entre le Mali et le Niger

Lancement à Gao de deux projets de gestion des frontières et de coopération transfrontalière entre le Mali et le Niger

Gao (Mali) - L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a lancé les 22 et 23 juin 2021 à Gao deux projets de gestion des frontières entre le Mali et le Niger ; le projet « Renforcer la gestion des frontières au Mali et au Niger » et le projet « Sécurisation du corridor Labbezanga-Kongo Kiré par la gestion des frontières et la coopération transfrontalière ».

Ces projets sont financés respectivement par les Gouvernements du Canada et de l’Allemagne. Ils font suite aux activités de renforcement des capacités institutionnelles, techniques et opérationnelles des services en charge de la gestion des frontières, notamment la police des frontières, menées par l’OIM au Mali depuis 2016 afin de soutenir le Gouvernement.

Avec 7 561 kilomètres de frontières internationales, équivalant à la distance entre les extrémités nord et sud du continent africain, notamment de l’Algérie à l’Afrique du Sud, la gestion des frontières représente un défi majeur pour le Mali, en particulier dans la zone du Liptako-Gourma - aussi appelée zone des Trois Frontières entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso, affectée de manière continue par une crise humanitaire et sécuritaire. La frontière entre le Mali et le Niger est le théâtre de déplacements forcés de populations liés au conflit, mais également de traite des personnes, de trafic illicite de migrants ainsi que de trafic d’armes et de biens illicites.

On déplore par ailleurs de nombreuses attaques sur les populations civiles et les symboles de l’État. L’axe reliant Gao (Mali) à Tillabéri puis Niamey (Niger), sur lequel se concentreront les deux projets, est particulièrement important pour la stabilité et le développement de la région tant d’un point de vue migratoire, économique et sécuritaire. Il est donc essentiel de soutenir les autorités et les communautés frontalières au Mali dans la stabilisation de ce corridor.

« Le projet bénéficiera tout autant à la police malienne qu’aux communautés frontalières, celui-ci prévoit aussi la réhabilitation d’infrastructures à usage des populations, » dit l’Ambassadeur d’Allemagne au Mali, S.E.M. Dietrich Pohl. « C’est un bon exemple de coordination des acteurs pour poursuivre un objectif commun : la stabilisation des zones frontalières, » a-t-il ajouté.

Les projets comprennent ainsi cinq volets principaux, notamment le renforcement des capacités de la police au point de passage frontalier de Labbezanga, la consolidation du dialogue transfrontalier entre les autorités et les communautés de part et d’autre de la frontière, le renforcement du dialogue entre les communautés et les services en charge de la gestion des frontières, la stabilisation des populations frontalières, et l’amélioration de l’accès aux services sociaux de base des communautés frontalières.

« Cette initiative facilitera la circulation légitime des personnes et des biens, nécessaire au développement, tout en maintenant la sécurité aux frontières, » dit Pascal REYNTJENS, Chef de Mission de l’OIM au Mali. « Elle permettra de trouver un juste équilibre entre des frontières ouvertes et des frontières bien gérées, » a-t-il ajouté.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Arthur LANGOUET / Chef de la division Gestion des Frontières | OIM-Mali, alangouet@iom.int