Press Release —Local février 10, 2021

L'OIM assiste 138 migrants maliens bloqués en Algérie à regagner leur pays d’origine

L'OIM assiste 138 migrants maliens bloqués en Algérie à regagner leur pays d’origine

Bamako, Mali – 138 ressortissants maliens – 137 hommes et 1 femme – en provenance de l’Algérie ont pu rentrer dans leur pays avec l’assistance de l’Organisation internationale pour les migrations, qui a organisé un vol de retour volontaire d’Alger à Bamako le 31 janvier dernier.

Ce corridor humanitaire a été organisé afin de permettre le retour souhaité de migrants qui avaient été bloqués en Algérie au moment de la fermeture des frontières décidée par les autorités algériennes pour freiner la propagation de la COVID-19. Ces ressortissants maliens avaient de plus en plus de mal à trouver du travail et donc à faire face à leurs besoins essentiels ; notamment se loger, se nourrir et se soigner.

Depuis le début de la COVID-19 et les restrictions de voyage qui en ont découlé, de nombreux migrants font face à des difficultés économiques dans les pays d’accueil avec des besoins urgents d'assistance. Les migrants, qui pour la plupart attendent la possibilité de retourner chez eux depuis le mois de mars, ont demandé l’assistance de IOM Algérie et l’Ambassade du Mali à Alger.

« Nous nous sommes rendus au bureau de l’OIM en Algérie. Auparavant, nous avons été enregistrés à notre ambassade. Rien ne nous a été demandé. Nous avons entièrement été pris en charge depuis l’Algérie jusqu’ici au Mali, que ce soit pour la nourriture ou l’hébergement », a dit à sa descente d’avion Djalal, un des migrants de retour.

Après avoir subi des tests PCR négatifs, les migrants ont tous reçu des kits de protection individuelle et de prévention comprenant du matériel d’information sur la COVID-19 ainsi que des conseils sur les mesures préventives.

Dès leur arrivée à l’aéroport de Bamako, ils également été soumis aux protocoles sanitaires en vigueur (une prise de température et désinfection des mains et des bagages) avant d’être transportés dans les centres d’hébergement de la Délégation des Maliens de l’Extérieur.

Dans les centres d’hébergement, les migrants recevront la visite des équipes de protection et de réintégration de l’OIM Mali pour déterminer leurs besoins spécifiques au cours des entretiens de profilage et de counseling. Les migrants dont l’état de santé le nécessite seront référés dans les structures gérées par le Ministre de la Santé et de la Solidarité.

Cette aide au retour volontaire et à la réintégration des migrants dans leur pays d’origine s’inscrit dans le cadre d’un programme de quatre ans, mis en œuvre depuis décembre 2016 par l’OIM et qui arrive bientôt à son terme.

« Je tiens aussi à préciser que nous sommes le 31 janvier. Que nous arrivons au terme d’une initiative particulière. Mais nous avons la volonté au niveau de l’OIM de continuer à mettre en place cette assistance directe auprès des migrants qui sont dans de criants besoins, particulièrement dans les pays de transit, pour leur permettre de revenir auprès de leurs familles, dans leur pays pour contribuer à son développement », a déclaré Pascal REYNTJENS, Chef de Mission de l’OIM Mali.

Avant de rejoindre leur famille dans les 72 heures après leur arrivée, les migrants de retour recevront de la part de l’OIM Mali des frais de transport complémentaires et une aide à la réintégration en nature en fonction de leurs besoins, compétences et aspirations. Cette aide peut également comprendre une assistance médicale, un soutien psychosocial, une formation pédagogique et professionnelle, ainsi que le financement d'une activité génératrice de revenus pour assurer une réintégration durable.

L'aide au retour volontaire a été rendue possible grâce au soutien du Fonds fiduciaire d'urgence de l'Union européenne pour l'Afrique à travers la mise en œuvre de l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants en Afrique. De 2017 et ce jour, plus de 18.000 migrants maliens ont été assistés par l’OIM dans leur retour volontaire dans leur pays d’origine.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Valérie TAMINE, Tel. +223 94 57 40 97, email : [email protected]