Press Release —Local décembre 22, 2021

Plus de 4 000 participants enregistrés lors du Festival International du Film sur la Migration au Mali

Plus de 4 000 participants enregistrés lors du Festival International du Film sur la Migration au Mali

Bamako – Du 26 novembre au 18 décembre 2021, plus de 4 000 personnes ont participé au Mali, à la sixième édition du Festival International du Film sur la Migration, au cours des 11 projections organisées dans les villes de Bamako, Gao, Kayes, Mopti et Tombouctou.

Le Festival est organisé au Mali pour la seconde fois après l’édition de 2020.  Le lancement  de l’édition 2021 a été fait dans la ville de Mopti devant plus de 400 spectateurs, parmi lesquels des migrants en transit, des représentants des agences des Nations Unies, des organisations de la société civile, des leaders d’opinion et de nombreux jeunes filles et garçons.

Trois films étaient à l’affiche. Il s’agit de « The Last Shelter », un film documentaire du réalisateur Ousmane SAMASSEKOU, tourné dans la ville malienne de Gao, devenue depuis des décennies, à cause de sa situation géographique, un havre de paix pour les voyageurs africains. Il y avait également « Agadez Tagadez », un film documentaire du réalisateur belge Morgane WIRTZ et « Stay up », un court-métrage de la réalisatrice burkinabè Aissata OUARMA abordant le thème de la violence basée sur le genre et la migration.

« Mon film est un message d’espoir et une invitation à lutter contre toute forme de stigmatisation à l’endroit des personnes qui décident de partir », a expliqué le réalisateur Ousmane SAMASSEKOU.

En plus des projections de l’ouverture à Mopti, le 26 novembre, et de la Clôture à Gao, le 17 décembre, neuf autres projections ont été organisées dont quatre à Bamako, notamment les 03 et 04 décembre à Bama Art, le 08 décembre à l’Ecole Centrale pour l'Industrie le Commerce et l'Administration (ECICA) avec 200 étudiants, et le 10 décembre à l’Acropole de la FAST (Faculté des Sciences Techniques) de l’Université de Bamako avec plus de 300 étudiants.  D’autres projections ont été organisées dont une à Kayes, une à Tombouctou, une à la Maison du Migrants de Gao avec une quinzaine de migrants en transit, et deux lors de deux étapes du Grand Trail de la Jeunesse pour la paix au Mali.

« Il est important, et c’est notre devoir, de sensibiliser les jeunes sur les risques et dangers auxquels ils s’exposent en empruntant les routes de la migration irrégulière, afin qu’ils ne tombent pas dans le piège des passeurs et trafiquants. Le cinéma, qui a un lien historique avec la migration, peut jouer un rôle déterminant », a indiqué le Chef de Mission de l’OIM au Mali, Pascal REYNTJENS.

La traite d’êtres humains et le trafic illicite de migrants sont deux phénomènes en forte croissance dans la région de Gao qui est une zone de transit par le désert du Sahara, très prisée par les migrants empruntant la route de la Méditerranée Centrale pour se rendre dans les pays du Maghreb et d’Europe. Cette route de la Méditerranée centrale est la plus meurtrière au Monde. Selon les données de l’OIM, plus de 20 000 migrants seraient morts ou seraient disparus en tentant la traversée de la Méditerranée depuis 2014.

Initié par l’Organisation internationale pour la migration depuis 2016, le Festival international du film sur la migration est à sa sixième édition. Il est financé au Mali par l’Union européenne dans le cadre de l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants en Afrique.

Pour plus d'informations, veuillez contacter l’Unité Média et Communication de l’OIM Mali, Tél : +223 92 40 49 21, Email : allmalimediacom@iom.int