Inondations et violences intercommunales au centre du Mali : des milliers de personnes déplacées attendent une aide humanitaire

Mopti - Des récentes fortes chutes de pluie dans la région malienne de Mopti ont provoqué des inondations, aggravant la situation déjà précaire des 50 254 personnes déplacées dans la région. L’aide humanitaire est actuellement en cours pour aider les familles les plus vulnérables.
Depuis la semaine dernière, plus de 800 déplacés internes ont déjà reçu des tentes, tandis que 70 kits comprenant des moustiquaires, des vêtements, des chaussures, des produits d’hygiène et d’autres articles ont été distribués par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) au Mali.

Mali : renforcer le soutien psychosocial pour la réintégration durable des migrants de retour

Bamako - Depuis 2017, plus de 11 000 Maliens ont été aidés par l’Organisation internationale pour les migrations et le gouvernement du Mali à rentrer volontairement chez eux. Bon nombre de ces migrants ont été exposés à des conditions de voyage et de détention difficiles et à d’autres risques le long de l’itinéraire de la Méditerranée centrale. A leur retour, ils ont souvent besoin d’un soutien psychosocial pour garantir leur réintégration durable au sein de leurs communautés.

Mali : des « rituels vaudou » gardent les victimes de traite en situation de servitude

Bamako - L’or est le principal métal exporté du Mali, représentant au moins 60 pour cent des exportations totales du pays en 2017 et faisant du pays le troisième exportateur d’or en Afrique, juste derrière l’Afrique du Sud et le Ghana. Bien qu’elle ne soit soumise à presque aucune réglementation, l’extraction minière à petite échelle, informelle et rudimentaire - aussi connu sous le nom d’extraction artisanale - représente au moins un tiers de la production d’or totale au Mali. 

Un nombre croissant de migrants nigérians sont victimes d’exploitation et de traite dans l’industrie du sexe au Mali

Bamako - Chaque année, des milliers de femmes nigérianes reçoivent de fausses promesses. On leur dit que si elles quittent leur pays, elles trouveront un bon travail, en tant que serveuse ou coiffeuse et pourront gagner assez d’argent pour démarrer une nouvelle vie. 
En réalité, bon nombre d’entre elles sont prises dans les cercles vicieux de l’exploitation sexuelle et de la servitude. 

L’aide au retour volontaire et à la réintégration des migrants est suspendue au Mali

Bamako - L’OIM au Mali a suspendu temporairement ses services d’aide au retour volontaire et à la réintégration (AVRR) à quelque 1 500 migrants afin de mieux évaluer leur éligibilité après que des informations ont fait surface suggérant que certains tentaient de profiter de ce service.

L’OIM au Mali aide plus de 1 100 migrants subsahariens à la frontière algérienne

Gao - Depuis le 10 avril, 1 135 migrants originaires d’Afrique de l’Ouest - dont neuf femmes et 30 enfants - ont reçu l’aide de l’OIM, l’organisme des Nations Unies chargé des migrations, à Gao, au nord du Mali. Ces migrants ont été arrêtés par les autorités algériennes alors qu’ils tentaient d’atteindre l’Europe via l’Algérie.

Le regain de violences communautaires au nord du Mali fait croître le déplacement

Mali - Une récente recrudescence des violences communautaires et du conflit armé au nord du Mali a déplacé des milliers de personnes ces derniers mois.
Cette semaine, la Commission malienne Mouvement de populations (CMP) fait état d’une augmentation de 14 223 déplacés internes depuis février, portant le nombre de personnes déracinées par la violence à travers le pays à 58 985 (10 248 familles).
La plupart des personnes récemment déplacées sont regroupées dans la région de Tombouctou en raison du violent conflit qui sévit dans la commune de Gourma-Rharous à proximité.

Le déplacement interne au Mali pourrait prendre fin en 2017 si la violence cesse

Mali – Le déplacement interne au Mali pourrait être résolu d’ici la fin de l’année 2017, mais à la condition que la violence communautaire et le conflit armé ne redémarrent pas. L’OIM appelle tous les groupes au Mali à encourager la stabilité et la paix pour éviter de nouveaux déplacements et favoriser le retour des personnes toujours déplacées.